Menu
Panier 0

La lutte contre les tiques!

Publié par Karine Simard le

La lutte contre les tiques, un sujet controversé…

Je me fais souvent demander mon avis sur le sujet…

Ce texte est le résultat d’une réflexion personnelle basée sur mon expérience et ne remplace en rien un conseil vétérinaire. Il est plutôt le fruit de nombreuses heures de réflexions, d’observations, de lectures sur le sujet et je vous y présente ma vision de la situation au travers mes lunettes d’agronome. Enfin, je pense que peu importe la décision que l’on prend à ce sujet, il est important à tout le moins de réfléchir et de peser le pour et le contre avant de prendre cette décision, car elle peut avoir des répercussions importantes sur la santé de nos chiens.

Voilà donc le fruit de ma réflexion sur le sujet:

Au niveau de la prévention des tiques, certains veulent traiter systématiquement avec la médication et d’autres ne veulent absolument pas traiter… On a tous nos peurs et croyances…

Malheureusement comme dans bien des situations, il n’y a pas de situation parfaite et il importe de prendre une décision éclairée à ce sujet, car elle peut avoir des conséquences sur la santé de notre animal.

Avant de choisir un moyen de prévention ou de lutte contre un parasite, le premier point qu’il faut adresser est le risque que mon animal attrape le parasite et le risque qu’il en subisse des conséquences graves pour sa santé. Les puces, les vers sont rarement des parasites qui vont avoir des conséquences graves sur notre animal à moins de ne pas intervenir en cas d’infestation importante.  Les tiques, c’est autre chose… Elles peuvent transmettre des maladies comme la maladie de Lyme qui peut affecter la qualité de vie de votre chien. On doit aussi mesurer le risque que notre animal attrape le parasite et/ou la maladie qu’il transmet. Exemple, est-ce que l’on demeure dans une zone ou il y a beaucoup de tiques ou non. On doit aussi évaluer le risque que le parasite transmette la maladie et le risque que l’animal aille des conséquences s’il attrape la maladie. Posez ces questions à votre vétérinaire, il va être en mesure de vous répondre. Ce que j’ai lu c’est que ce n’est pas 100% des tiques qui sont porteuses des maladies, que ce n’est pas 100% des chiens piqués par une tique porteuse de la maladie qui vont être affectés et que ce n’est pas 100% des chiens affectés par la maladie qui vont avoir des symptômes ou des conséquences. Alors sans minimiser les risques des maladies transmises par les tiques, ce n’est pas une sentence  de mort ou de conséquences graves à chaque fois que votre chien attrape une tique, mais il y a toujours un risque aussi faible soit-il.

Une fois que l’on a évalué le risque, on sera plus en mesure de déterminer la force du moyen que l’on choisira pour l’éradiquer ou le prévenir. Aucune solution n’est parfaite à 100%...

Comme moyen de prévention, votre vétérinaire va probablement vous parler des produits de la famille des isoxalines (bravecto, nexgard et compagnie). Ces produits sont ingérés par votre chien ou sont mis sur son dos une fois par mois et agissent comme insecticides. Ils sont présents dans le système et le sang de votre animal et tue l’insecte s’il pique votre animal. Logiquement, juste à y penser, je doute que ce puisse être sans conséquence pour un animal d’avoir des insecticides dans son système et dans son sang.  A ce sujet, en 2018, la Food Drug Administration aux États-Unis a émis deux avis concernant la possibilité que ces produits causent des effets neurologiques importants chez certains animaux. Je n’en dis pas plus, je vous laisse consulter l’avis de la FDA à ce sujet : https://www.fda.gov/animal-veterinary/cvm-updates/animal-drug-safety-communication-fda-alerts-pet-owners-and-veterinarians-about-potential-neurologic.

Cela m’a fait beaucoup réfléchir. De plus, j’ai parmi mes clients des chiens qui ont reçu ces produits et qui ont tout de même développé la maladie de Lyme. J’ai aussi parmi mes clients des chiens qui ont développé des problèmes neurologiques suite à la prise de ces médicaments. Personnellement, je ne suis pas à l’aise avec le fait que mes chiens soient exposés à un insecticide systémique tous les mois, mais bon je suis être prête à assumer le risque associé à ma décision et je respecte totalement ceux qui le font, s’ils ont pris le temps d’analyser la situation et sont conscients des risques avant de décider de le faire. Je me demande aussi pourquoi si ces produits sont si sécuritaires, les humains ne les prennent pas. Les humains sont tout aussi à risque de conséquences graves sinon plus s’ils attrapent la maladie de Lyme que nos chiens. Peut-être un peu trop d’antropomorphisme  de ma part ici, mais je ne peux m’empêcher de me le demander.

Donc si je n’utilise pas les produits de la gamme des isoxalines (bravecto,nexgard, etc.) comment je peux aider mon animal à ce sujet…

Dans la vie, mon approche a toujours été plus naturelle, alors je vous fais part de mes petits trucs à ce sujet. Encore une fois, il ne remplace en rien l’avis de votre vétérinaire mais je vous partage ma vision des choses et ce que je trouve intéressant d’un point de vue plus naturel comme moyen de prévention.

Avant toute chose, par définition, les parasites comme la puce ou la tique ou même les vers sont des êtres qui vivent aux dépend d’un hôte. Naturellement, les parasites vont préférer des hôtes dont le système immunitaire est affaibli. La première barrière de défense de votre animal est donc un système immunitaire fort et cela passe d’abord et avant tout par une alimentation saine. C’est la première chose que vous devez faire pour protéger votre animal, lui donner une alimentation saine répondant à ses besoins préférablement une alimentation fraîche crue de qualité et variée.

Une des meilleures façons de prévenir que votre chien se fasse piquer par une tique et attrape une maladie transmise par celle-ci est de la voir et de la décrocher rapidement de façon sécuritaire. Des clients m’ont partagé leurs trucs a ce sujet : brosser le chien au retour des promenades, passer un rouleau collant sur le chien (celui utilisé pour ramasser les mousses sur les vêtements), examiner le chien au retour d’une promenade, mettre une combinaison sous forme de filet pour le protéger des insectes. Le meilleur moyen de lutte contre les tiques est de les éliminer rapidement de sur votre animal.

Un autre moyen de prévention intéressant est de vaporiser régulièrement votre chien avec des produits à base d’huiles essentielles reconnues pour leurs propriétés de repousser les insectes. Peu d’études sont disponibles sur le sujet mais voici le lien d’une étude portant sur les propriétés répulsives de certaines huiles : https://malariajournal.biomedcentral.com/articles/10.1186/1475-2875-10-S1-S11.

Parmi les huiles essentielles ayant des propriétés répulsives pour les insectes, on retrouve les huiles suivantes : citronelle, eucalyptus citronné, thym, géranium, menthe, cèdre, patchouli. Provenant d’un arbre, l’huile de neem a été démontré comme ayant des effets répulsifs chez certains insectes et affectant la reproduction des tiques. Il est à noter que l’huile de neem n’est pas reconnue comme insecticide au Canada. Donc sans avoir une tonne d’études, on ne perd pas grand-chose à utiliser les huiles essentielles en prévention. Il faut cependant en mettre régulièrement pour qu’elles gardent leurs propriétés.

Plusieurs vont utiliser la terre diatomée comme insecticide. Ce produit a un effet coupant sur la carapace des insectes, provoquant ainsi leur mort par déshydratation. Je déconseille de la mettre directement sur votre animal sous forme de poudre car elle peut irritée les voies respiratoires. Certains la mélange avec de l’eau et la vaporise sur l’animal avant les sorties, cela peut être une meilleure idée. Les tiques peuvent élire domicile dans votre cours, un bon moyen de les contrôler est de disperser de la terre diatomée sur le contour de votre terrain quelques fois par année. Je ne recommande pas de faire ingérer de la terre diatomée à votre animal son efficacité pour lutter contre les parasites de cette façon n’a pas été démontré.

Dans les régions ou il y a beaucoup de tiques, plusieurs personnes gardent des poules sur leur terrain, il semblerait que ce sont les meilleurs prédateurs pour ces bestioles! Une idée intéressante quand on peut se le permettre.

Voilà, je vous laisse faire votre propre opinion sur le sujet, je sais que ce n’est pas facile, mais une chose est sure, il n’y a pas de méthode parfaite… et il y aura toujours des risques…il faut choisir le moyen qui nous convient le mieux selon nos convictions et nos connaissances. On dort mieux après avoir fait un choix éclairé!

 

Karine Simard, Agronome, M. Sc.


Partager ce message



← Message plus ancien Message plus récent →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.